Mad Asylum
Ce forum est officiellement décédé...

Enfin, pas vraiment : vrai phénix, il s'est dépêtré de ses cendres et a fini par renaître quelque part, faisant peau neuve, URL neuve.

Mad Asylum


 
AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche Patient n°2 : Castiel Aterius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Castiel Aterius
Humain † The Mad French Touch
Humain † The Mad French Touch
avatar

Masculin •Lettres : 189
•Vit depuis le : 25/11/1872
•Fou depuis le : 27/07/2009
•Age : 145
•Origine : Place du Tertre, Montmartre, Paris
•Rôle : Patient
•Tempérament : Enfantin, naïf ... mais pas que
•Lien vers la fiche : Il était un p'tit homme ...

Carte d'Identité
• Sexualité: Homosexuel
• Relations:
• Rumeurs:

MessageSujet: Fiche Patient n°2 : Castiel Aterius   Lun 27 Juil 2009 - 17:46

Fiche Patient


I.Identité :

Nom &Prénom
:
Castiel Aterius

Sexe :
Masculin

Âge :
17 ans

Date de naissance et Lieu :
21/12/1872 à Paris

Raison de l'admission :
Les raisons qui m'ont conduit ici sont multiples. Je souffre de ce que l'on appelle des troubles du comportement et de l'identité qui se traduisent par des troubles obsessionnels compulsifs. Je souffre de schizophrénie, d'agoraphobie et de claustrophobie. J'ai une peur panique des hommes d'église quels qu'ils soient. J'éprouve un penchant certain pour la violence et le sang. Les marques sur mes bras sont les stigmates laissés par mes nombreuses envies de sang. Ma sexualité a convainque ma famille qu'il valait mieux m'admettre ici.


II.Moi-même :

Physique :
Au minimum 6 lignes complètes.
D'une stature fine et délicate, j'ai hérité d'une silhouette svelte et élancée bien que je sois de petite taille. Mes cheveux noirs bleutés bouclent légèrement aux pointes. Aillant pris l'habitude de me dissimuler derrière, je les porte mi-long. Mon teint ivoirin rendrait jaloux un vampire et mes lèvres charnues sont constamment rougies par le mordillement que je leur inflige. Mon nez, fin et en trompette, est parsemé de quelques tâches de rousseurs. Mes yeux sont bordés de longs cils et surmontés de sourcils légèrement arqués, ce qui me donne l'air d'être étonné. Alors que mon œil droit est d'un gris aussi limpide que la couleur du mercure liquide, mon œil gauche est lui d'un noir aussi profond qu'obsédant. Je suis toujours vêtu d'une chemise noire à léger jabot et manchettes de dentelles, serrée à la taille par un corselet de cuir noir, et d'un pantalon noir. De hautes bottes noires complètent ma tenue. Je me plais à croire que mes vêtements démodés reflètent mon exentricité. J'ai longtemps haï mon apparence efféminée qui m'attirait les foudres de mon père mais j'ai fini par m'y faire.

Caractère :
au minimum 6 lignes complètes.
Je suis calme, réfléchi et pondéré. Je privilégie la ruse, l'intelligence et la sournoiserie au courage et à la témérité. Comme toutes les personnes calmes je peux entrer dans des colères noires. Il est arrivé plusieurs fois au personnel de l'hôpital d'être obligé de m'administrer un sédatif ou de m'enfermer. Cependant, mon comportement et ma façon de penser restent très enfantine. J'ai des difficultés à me concentrer et j'adore les comptine, surtout les comptine française que je fredonne souvent. Je suis féru d'Art. J'aime peindre et jouer de la musique. Je trouve mon inspiration à la lumière des étoiles et de la Lune car je me suis toujours senti plus proche de la nuit. Tel est mon tempérament habituel. Cependant, ma schizophrénie interfère parfois et me fait commettre des actes inhabituels et je suis victime de TOCs qui m'oblige à tout faire trois fois de suite.

III.Mon passé :


Au minimum 10 lignes complètes.
Je suis né à Paris, Place du Tertre, au pied du Sacré-Cœur le 21 décembre 1872 à 3h00 du matin. J'ai dit toujours que ma naissance était la cause de tous les malheurs qui se sont ensuite abattus sur ma famille.
En effet, je ne sais pas si vous avez remarqué mais je suis né le jour du solstice d'hiver, donc pendant la nuit la plus longue de l'année, et l'heure de ma naissance correspond à l'heure où les démons peuvent plus facilement envahir le monde des vivants. Mais le pire, c'est que dès l'instant où ma mère me mis au monde, je devins un meurtrier, un matricide. Je pris mon premier souffle tandis que ma mère rendait son dernier soupir. Cet événement conditionna toute ma vie. En effet, mon père, bien que ne voulant pas se l'avouer, me rendit responsable de la mort de son aimée de même que mon frère et ma sœur aînés.
Complètement anéanti par la perte de cet être cher, ma famille perdit peu à peu sa fortune tandis que mon géniteur s'enfonçait dans la débauche et l'ivrognerie. Me rendant responsable de leurs maux, les coups et les brimades se mirent bientôt à pleuvoir sur moi, qui, à cause de mon physique, leur rappelait sans cesse le douloureux souvenir de ma défunte mère. Peu à peu, la rumeur disant que j'étais maudit se répandit dans le quartier, aidée en cela par mes yeux étranges. Dès lors, il ne fut pas rare de me voir rasant les murs afin d'éviter les pierres et les fruits pourris que l'on me lançait. La solitude dans laquelle je me trouvais m'incita à rechercher de la compagnie dans mes songes. C'est ainsi qu'à l'âge de 5 ans j'eus mon premier ami imaginaire. Il ne m'a jamais abandonné depuis et est toujours avec moi. Il se nomme Cory et sa haute stature me protège.
Ce premier signe de folie ne passa pas inaperçu et les notables du quartier incitèrent mon père a me confier à un prêtre afin d'être exorcisé. Il céda et je me retrouvais bientôt attaché à une croix tandis qu'un ecclésiastique me jetait de l'eau au visage en psalmodiant diverses prières. Il battit ensuite le Mal hors de mon corps à l'aide d'un bâton flexible. J'appris plus tard que mes hurlements s'étaient entendus jusque tard dans la nuit car j'avais perdu conscience bien avant la fin du traitement. Le reste de mon enfance se déroula dans la même routine, ponctuée çà et là de séances d'exorcisme et de confessions, parfois différentes mais toujours douloureuses.
A cause de cela, je devins un adolescent renfermé et terrifié par la foule et les hommes de foi en proie à de plus en plus de névroses. Je m'échappais souvent hors du quartier et finis par connaître par cœur ma magnifique ville. C'est en me promenant dans les beaux quartiers que je rencontrais Luciel, l'homme qui changea ma vie. Il était plus âgé que moi et d'un beauté sans pareille. Nous fîmes connaissance et rapidement notre tendre amitié se mua en folle passion. J'avais enfin l'impression d'être aimé et je pensais que rien ne pouvait troubler mon bonheur. Je me trompais lourdement.
Un soir, je rentrais chez moi après avoir passé la journée avec mon amant lorsque je fus accueillis par mon père, mon frère, ma sœur, le prêtre et les notables du quartier que j'avais appris à détester au fil des années. Ils m'expliquèrent que mon frère m'avait vu faire des choses répugnantes avec un autre homme. Je ne démentis pas. Voyant que leurs suppositions étaient vraies, ils poussèrent les hauts-cris. Mon père et mon frère me passèrent à tabac comme jamais ils ne l'avaient fait en me hurlant des horreurs.
Soudain, la colère m'envahit. Je me saisis d'un couteau de cuisine, me jetait sur le notaire bedonnant, qui me regardait avec un répugnant air lubrique, et le poignardait de nombreuses fois. Je me délectais du sang qui giclait, qui coulait entre mes doigts, sur mes bras et qui me recouvrait le visage. Sous les regards stupéfiés de l'assistance, je léchai le sang sur mes mains et sur le couteau. Mon géniteur m'attrapa alors par mes cheveux poisseux et me traîna vers l'église sous les encouragements de nos voisins qui étaient sortis assister au spectacle. Ils m'enfermèrent ensuite dans un cachot en attendant de statuer sur mon sort. Ils me laissèrent là pendant presque un mois, dans le noir, les vêtements raidis de sang et nourris au pain sec et à l'eau.
Lorsqu'enfin ils me laissèrent sortir, effrayé et transi, ils m'annoncèrent qu'ils avaient réunis les fonds nécessaires pour se débarrasser de moi. C'est ainsi que quelques semaines plus tard, je me retrouvais dans cet endroit, si loin de chez moi, de mon amour et de ma ville chérie. C'était il y a un an.

Autre chose à ajouter :
Il n'est pas impossible que Castiel évolue au fil du temps.

Code de validation :
[CODE VALIDE]


Dernière édition par Castiel Aterius le Mer 29 Juil 2009 - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sammael Ruthven
Démon † Directeur Psychipathe
Démon † Directeur Psychipathe
avatar

Masculin •Lettres : 452
•Vit depuis le : 09/06/1862
•Fou depuis le : 25/06/2009
•Age : 156
•Origine : D'un sombre cauchemar ?
•Rôle : Directeur enjôleur
•Tempérament : Orgueilleux
•Lien vers la fiche : Autopsie d'un Menteur

Carte d'Identité
• Sexualité: Ça n'a pas tellement d'importance~
• Relations:
• Rumeurs:

MessageSujet: Re: Fiche Patient n°2 : Castiel Aterius   Lun 27 Juil 2009 - 17:59

Bienvenue ! cheers

Alors, je n'ai pas encore lu ta fiche, mais je dois changer ton pseudo, puisque les membres doivent avoir leur compte avec le prénom et le nom de leur personnage !
Donc rien de bien grave, et je vais m'occuper de ton rang !
De ton côté, il ne reste plus qu'à installer l'avatar !

Voilà, à bientôt~ =)

EDIT ; Problème d'avatar réglé, merci à notre Croque-Mort Saveur, j'ai nommé Casper !
Et comment refusé une fiche avec une écriture aussi impec' ?!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nana-70.livejournal.com/
 

Fiche Patient n°2 : Castiel Aterius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mad Asylum :: Mettez vos Masques :: Formulaires d'Inscription :: Les Patients-