Mad Asylum
Ce forum est officiellement décédé...

Enfin, pas vraiment : vrai phénix, il s'est dépêtré de ses cendres et a fini par renaître quelque part, faisant peau neuve, URL neuve.

Mad Asylum


 
AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ Joshua reste de marbre | Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~ Joshua reste de marbre | Terminée   Dim 27 Juin 2010 - 14:11



    Nom : Chatterton
    Prénoms : Joshua, Innocent
    Sexe : Mâle
    Nature : Gargouille
    Âge approximatif : 21 ans
    Lieu de naissance : Édimbourg
    Emploi dans l'hôpital : Vigile






    Physique ;

    Sinistre et inquiétante sont les deux qualificatifs qui reviennent souvent lorsqu’on évoque la silhouette de notre gargouille. De plus, sa démarche lourde et ses yeux dissimulés sous une frange presque incolore n’arrangent en rien les choses. Pourtant, si l’on se donne la peine de passer outre cette impression désagréable, on découvrirait la plus adorable des créatures.

    C’est vrai qu’il est mignon le Joshua avec la couleur de sa tignasse issue du plus pur des pedigrees britanniques. Ses cheveux recouvrent entièrement le front qui le complexe tant et tombent juste au-dessus de ses yeux. Cependant s’ils sont sales ou mouillés, ils ont tendance à descendre de quelques centimètres encore, masquant ses ravissantes pupilles. Ses paupières sont particulièrement minces. Lorsqu’elles s’ouvrent, elles forment alors un pli qui confère à son regard une expression délicieusement sournoise. Par expérience, vous remarquerez que ce phénomène s’intensifie lorsqu’une plaque de chocolat se retrouve prisonnière de sa mâchoire impitoyable. Les iris sont d’un brun très foncé qui s’éclaircit en été et se maintient alors dans des tons noisettes.

    Les dents sont impeccablement blanches et saines. Il faut croire que sa dentition est d’une solidité à toute épreuve étant donné le nombre incalculable de sucreries dont il s’empiffre chaque jour. Un caramel par ci, une autre cochonnerie par là. Et oui, il y a vraiment de quoi être jaloux. Les lèvres qui entourent son armée d’ivoire donnent dans une couleur chair plus que banale. On remarquera cependant une légère cicatrice sur le côté droit inférieur de la bouche. Une fois, il s’était en effet mordu violemment la chair, pensant croquer un bonbon. Et croyez-moi, il n’avait pas dû y aller molo car pour faire saigner une gargouille, il faut se lever de bonne heure.

    Passons au corps. Alors vous allez me dire que bonbons rime avec cellulite. Détrompez-vous mes amis. Le gras sur les hanches et dans les fesses, Joshua ne connaît pas. Question de métabolisme ou de bons gènes ? Il n’en sait trop rien, mais est bien content de ne pas avoir d’embonpoint. Pour ce qui est de la pilosité, il a également été très chanceux. En effet, mis à part quelques rares poils dorés sur les jambes, le torse et les bras sont imberbes. De même, pour le visage, la barbe n’a toujours pas pointé le bout de son nez si j’ose dire.

    Pour ce qui est de son style vestimentaire, cela n’a rien de recherché. Vous le trouverez le plus souvent affublé d’une chemise blanche à jabot laissé négligemment entrouverte. Un pantalon en toile gris foncé généralement recouvre ses gambettes. Si le temps d’y prête, le garçon n’hésitera pas à remonter les pans en tissu et découvrir ainsi ses superbes mollets. Au niveau des chaussures, il affectionne depuis un certain temps déjà une paire de bottines noires en cuir. Celles-ci sont très pratiques pour courir dans les bois, où il passe le plus clair de son temps.


    Caractère ;

    De par son sang, Joshua a vocation à servir et défendre. Peu enclin à un esprit d’initiative, il attend toujours des autres qu’ils lui fournissent des directives. Cependant, il est loin d’être dénué d’intelligence. Le garçon manque juste de confiance en lui, et craint toujours de se tromper. Enfin, dès qu’il s’agit de décisions de moindre importance, il se montre tout à fait autonome et maître de lui-même. Encore heureux… Ce n’est tout de même pas un pantin sans cervelle.

    Il voue une admiration particulière à Monsieur le Directeur. Reconnaissant de l’avoir extirpé du lac où des humains fanatiques l’avaient condamné à mourir, il a l’impression de rembourser sa dette en protégeant l’asile des indésirables. Il ignore encore quand il cessera de se sentir redevable auprès de son nouveau Maître, mais se connaissant bien, cela risque de durer encore un moment. Joshua est comme ça, sa gratitude et sa rancune sont deux sentiments qui s’usent très lentement. Tirez le d’un mauvais pas, et vous pourrez compter sur lui pour les années à venir. Par contre, si vous avez le malheur de lui jouer un mauvais tour, croyez bien qu’il s’en souviendra jusqu’à la tombe.

    Il ressent une certaine empathie pour tous les détraqués de l’asile. Il se sent en effet proche de ces bannis, ces marginaux mis au banc de la société, qui comme lui ont été trahi par les mortels. Plutôt que d’être rejetés par leurs familles, tous ces malades devraient recevoir leur soutien. Mais les humains sont trop égoïstes pour comprendre cela. Trop occupés à courir à leur perte ou à celle des autres, ils en oublient ceux qui ont besoin d’eux. Tout le contraire de l’idéologie altruiste des gargouilles qu’il a épousé.

    Heureusement, Joshua a aussi quelques savoureux défauts. On peut notamment parler de son besoin compulsif de manger du chocolat. Véritable accro, il a du mal à s’en passer trop longtemps. Au départ c’était juste un plaisir innocent, mais depuis que Sammaël est devenu son fournisseur, il en est devenu complètement addict. Il ne s’en inquiète pas tellement, puisqu’à ce qu’il sache, les surcreries n’avaient jamais tué qui que ce soit.

    Un autre de ces vices et pas des moindres, c’est le sexe. Dérogeant à l’éthique qui incombe au personnel, il lui est arrivé plus d’une fois de coucher avec certains patients et même employés de l’asile. Remarquez l’emploi du masculin car comme vous l’avez deviné, Joshua se réserve à la gente masculine uniquement. A vrai dire, il ne s’est jamais tellement inquiété de ses mœurs. Quand on est une gargouille, la moralité de ces barbares humains n’a pas tellement d’importance.



Un minimum de 20 lignes/450 mots.

    Mon histoire ne commence pas comme celles du commun des mortels. En fait, il se trouve que je n’ai pas eu de parents au sens rigoureux du terme. Pas de rencontres de gamètes ou d’attente de neuf mois. N’allez pas croire que je jalouse les autres créatures car je n’ai pas suivi le chemin de conception classique. A vrai dire, je suis bien heureux que cela se soit déroulé ainsi. L’enfance et l’adolescence sont des moments trop difficile pour moi. Je n’ai pas eu à passer par ces étapes, dieu merci.

    Pour moi tout a commencé dans un vieux clocher en ruine. J’étais à l’époque une statue qui prenait la poussière sous un vieux drap terne. J’avais pour seules compagnes les araignées et les mites qui dévoraient petit à petit le morceau de toile qui me recouvrait. Mais je m’en accommodais très bien. C’est qu’on n’est pas bien exigeant lorsqu’on ne vit pas encore. L’existence nous rend tellement capricieux…

    Par une nuit orageuse, une curieuse visiteuse vint faire irruption dans mon austère demeure. Ni une, ni deux elle barricada la vieille porte de bois et posa son regard effrayé sur ce qu’il y avait autour d’elle. Dehors, on entendait les cris furieux de la foule qui exhortait la femme à sortir et se rendre. Mon invitée chercha une issue mais c’était peine perdue. L’endroit était encerclé, et il n’existait hélas pas de passage souterrain qui lui permette de s’échapper. Elle s’avança vers le balcon qui se trouvait à quelques pas de moi et observa tout ce petit monde en bas qui l’attendait armé de fourches et de torches.

    Une flèche fut décochée dans sa direction mais elle l’esquiva à temps. Celle-ci transperça la couverture dégoûtante qui me cachait et vint se planter dans une poutre du bâtiment. La demoiselle poussa un soupir étonné en découvrant ma sculpture en pierre. Dans ses yeux, on pouvait lire qu’elle venait d’avoir une idée géniale. Sans hésiter davantage, elle sortit ce qui ressemblait à un grimoire de la besace en cuir qu’elle portait à la taille. Elle feuilleta quelques pages avant de tomber sur celle qui ferait son bonheur.

    « - Je joue gros là, mais je n’ai pas le choix. Si je dois mourir aujourd’hui, autant leur en faire baver avant à ces bouseux. » dit-elle à haute voix.

    Elle psalmodia alors ce qui ressemblait vaguement à une formule tirée d’une langue inconnue. Mon corps entier s’entoura alors d’un halo lumineux, et je passais bientôt de l’état de sculpture à celui d’un garçon de chair. (Pinocchio Powaaaa !) Je n’avais pas prononcé un mot encore que ma maîtresse me caressait le visage en m’ordonnant de sa voix mielleuse d’aller tuer autant d’humains que possible. Avant même que mon cerveau ne comprenne l’ordre prononcé, mes jambes s’étaient déjà dérobées à mon contrôle et avançaient vers la porte fermée.

    C’est tout ce dont je me souviens de ma naissance. Après cela, je me suis réveillé dans ce lac près du village incendié. Apparemment la crone qui m’avait donné la vie avait causé pas mal de dégâts là-bas. J’avais sûrement été jeté à l’eau suite au combat qui m’avait opposé aux villageois. Par contre je n’avais aucune idée de ce qui était advenu cette fichue sorcière. Etait-elle morte elle aussi ? Ou bien avait-elle profité de l’agitation pour tirer sa révérence ? Impossible à savoir. Tout ce dont j’étais sûr, c’était que je n’allais pas tarder à crever tout seul au fond de l’eau. On venait à peine de me donner la vie qu’on allait déjà me l’ôter. C’était si absurde …

    Pourtant, la chance finit par me sourire. Pour une raison que j’ignore, Monsieur est arrivé accompagné d’une de ses acolytes. Ensemble, ils ont réussi à me délivrer des profondeurs et m’ont ramené sain et sauf à la surface. Depuis ce jour, je travaille à l’institut dirigé par Monsieur en tant que vigile. Je fais attention à ce que personne ne rôde trop près de la propriété et je veille à ce que nos chers psychopathes ne s’échappent pas pour semer la terreur en ville.



Un minimum de 13 lignes/250 mots.

    Joshua fixait l’escarboucle rubis de la Vouivre qui virevoltait autour de lui. Affamé et épuisé après ces deux jours passés sous l’eau, la gargouille avait perdu le sens de la réalité et se demandait s’il n’était pas arrivé dans ce que les humains nommaient Paradis. La queue serpentine de la demoiselle s’enroula autour de son corps comme une corde épaisse. La gardienne des abysses agita ensuite ses bras et entama quelques brasses afin de remonter à la surface, elle et sa prise comateuse. Le jeune Chatterton était bien incapable de lui faciliter la manœuvre au vu de son état de faiblesse. Mais visiblement, la créature des lacs ne semblait pas avoir besoin de quiconque. Il ne faisait pas de doute que l’eau était son domaine de prédilection. Ni une ni deux, le garçon fut propulsé hors de l’eau, tel ces dauphins exécutant un de ces sauts dont ils sont si fiers. Seulement contrairement à ces adorables animaux marins, Joshua était absolument incapable de prévoir où il allait atterrir. De plus, la léthargie dans laquelle il était plongée ne lui permettait pas de déployer ses ailes et d’éviter ainsi la chute qui lui serait fatale.

    *Vais-je vraiment mourir d’une façon si ridicule ?* se demanda Innocent.

    Enfin le dénouement arriva. Le choc de l’atterrissage lui parût beaucoup plus doux que ce qu’il aurait été censé être. A vrai dire, cela en était même confortable. L’adolescent osa ouvrir un œil et tomba nez à nez avec la plus charmante des apparitions. Un homme d’une trentaine d’années à tout casser venait de le réceptionner à bout de bras, et le portait à présent comme une délicate princesse.

    Délicate, c’était le mot. Le teint du blondinet oscillait entre le gris et le bleu. Sammaël ,car tel était le nom de son bienfaiteur, sortit de son veston une plaque de chocolat, brisa non sans élégance quatre petits carrés sucrés qu’il garda dans sa main. Avec précaution, il en approcha un de la bouche de la gargouille et le fit glisser entre les lèvres de cette dernière. Un bout de l’index démoniaque vint même se glisser perfidement dans l’ouverture de chair.

    Joshua laissa fondre avec délice ce petit cadeau du ciel dans son gosier, faisant passer quelquefois sa langue avec malice sur cette phalange intruse comme pour lui souhaiter la bienvenue. Le Docteur continua donc de nourrir cet être fragile qui devait bien peser 80 kilos soit dit en passant. Pendant ce temps, la Vouivre émergea à son tour de l’eau. Ses yeux émeraudes se posèrent avec mépris sur le couple fraîchement réuni. D’un signe de la tête, elle fit comprendre à son maître qu’il était temps de prendre la poudre d’escampette. Celui-ci sourit alors à son nouveau petit protégé en lui murmurant à l’oreille.

    « - Ton âme m’appartient désormais… »

    Mais, la gargouille n’écoutait pas, trop occupée à se régaler de tout ce sucre providentiel.





    Autre chose à ajouter ;
    Merci à Sammaël pour avoir pris le temps de tout m’expliquer. x)

    Le personnage de votre avatar Archivé !

    Code de Validation ; Sam' is watching you~

Revenir en haut Aller en bas
Sammael Ruthven
Démon † Directeur Psychipathe
Démon † Directeur Psychipathe
avatar

Masculin •Lettres : 452
•Vit depuis le : 09/06/1862
•Fou depuis le : 25/06/2009
•Age : 155
•Origine : D'un sombre cauchemar ?
•Rôle : Directeur enjôleur
•Tempérament : Orgueilleux
•Lien vers la fiche : Autopsie d'un Menteur

Carte d'Identité
• Sexualité: Ça n'a pas tellement d'importance~
• Relations:
• Rumeurs:

MessageSujet: Re: ~ Joshua reste de marbre | Terminée   Dim 27 Juin 2010 - 20:29

Super, bah écoute, je n'ai rien à redire ; style fluide et peu de fautes, donc pour moi, c'est ok :


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nana-70.livejournal.com/
 

~ Joshua reste de marbre | Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mad Asylum :: La Source du Savoir :: Archives du RPG :: Les Oubliettes :: Les anciennes Fiches-