Mad Asylum
Ce forum est officiellement décédé...

Enfin, pas vraiment : vrai phénix, il s'est dépêtré de ses cendres et a fini par renaître quelque part, faisant peau neuve, URL neuve.

Mad Asylum


 
AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elizabeth Murlock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Elizabeth Murlock   Mer 5 Aoû 2009 - 17:37

I.Identité.

Nom et Prénom :
Elizabeth Murlock ( Eli pour les intimes)

Sexe :
Féminin

Race :
Vampire

Age :
Demander son âge à une femme ? Comment ôsez-vous….
Puisqu’il le faut : 100 ans.

Emploi :
Infirmière (spécialiste en seringe….)



II.Moi-même.


Physique

Elizabeth Murlock ? Oui, c’est bien moi.
Lorsque l’on me regarde pour la première fois, il n’est pas inhabituelle qu’un regard surpris s’affiche sur vos visages. Je possède de très longs cheveux noirs parfois teintés de violet qui me descendent le long du dos. Ne prenez pas cet air choqué ! Le violet, j’adore ça !
Je n’ai jamais sû définir la couleur de mes yeux. Ils oscillent entre le gris, le bleu et le vert. Mais, lors de mes rares moment de colère ( s’énerver est idiot), ils peuvent très bien virer au rouge. Un sorte de…..mutation émotionnelle.
Je suis bien une vampire ( ne vous inquiétez pas, les détails arrivent bientôt), mais je suis de petite taille. Courte-sur-pattes peut-être mais chacune de mes……disons….relations, avouent que mes jambes sont magnifiques et très souplent. Vous voulez voir ?
Je suis ce que l’on peut appeler une « Fashion addict ». J’aime la mode, la mode m’aime, que faire ? Voilà pourquoi mes habits sont les plus chers, les plus beaux, les plus colorés et…..bref, vous avez dû saisir.


Caractère :

Je suis quelqu’un d’assez compliqué. J’aime la nature mais j’adore aussi tout ce qui est raffiné et cher, c’est-à-dire superficiel. J’aime le feux des projecteurs mais être seule dans le noir m’apaise parfois.
Je suis tout ce qui à de plus sociable. J’adore les gens ( et leurs sangs…ça me donne faim, dis donc) et je déteste peu de monde. Si vous me voyez en colère, c’est par miracle car je trouve cela complètement idiot. Etre en colère c’est gaspiller son temps…..C’est comme raccompagner un beau jeune homme à la maison et le laisser repartir sans avoir goûter son précieux nectar rouge. Stupide !
Concernant les relations amoureuses, je préfère ne pas trop en parler. Disons seulement que m’engager dans une relation serait…..étrange. Avec un humain : je finirai par m’emporter et boire plus qu’il n’en faut. Avec un de mes semblables : ils sont beaucoup trop rasoirs. Trop « âmes torturés par l’immortalité », si vous voyez ce que je veux dire. Voila pourquoi parfois, j’aime la……compagnie des femmes. Beaucoup plus drôle !
Concernant mon métier, disons que je suis très consciencieuse. Il est rare que je fasse une erreur. Bon, il m’arrive de temps en temps de faire tomber une goutte de sang d’un patient « sans le faire exprés » pendant que je change les pansements ( pour pouvoir revenir la lécher plus tard). Mais personne n’est parfait, non ?



III.Mon passé ( ou ce qu’il en reste)



31 Décembre 1780. Alors que Benjamin Franklin venait d’inventer ses célébres lunettes à double foyer ( complètement flou, au fait), alors que Louis XVI s’apprêtait à abolir la torture et se préparait à mettre fin aux multiples guerres de religion et alors que le nouvel an approchait, ma mére criait comme une folle, étalée sur une couche de paille, dans une ferme.
Lisabeth et son petit-ami, Jenson, s’était enfui de la maison de mes grand-parents, à Londres. Ma grand-mére, Penny Pulsebour, l’avait interdit de revoir ce « vaurien » alias mon pére, agée de 17 ans. Mais ma mére était obstinée et, seulement agée de 16 ans, elle a pris la fuite du manoir familiale pour aller retrouver son Jenson. Bien entendu, elle fut déshéritée sur le champ. Mais mes grand-parents l’on vite pardonnée lorsqu’ils ont « reçu », comme lendemain du nouvel an, un beau bébé sur leur paillasson. Mon pére m’avait abandonné ici, peu après s’être rendu compte que ma mére ne dormait pas de fatigue après m’avoir mise au monde mais était raide morte. Inutile de préciser qu’il était un lâche, non ?
Mon enfance chez mes grand-parents n’était pas vraiment joyeuse. Ils m’ont donné la même éducation qu’il ont donné à ma mére, ce qui a conduit au même résultat : une envie de liberté soufflait en moi dés l’âge de 17 ans. A croire qu’il ne prenaient aucune leçon de leurs erreurs…
Enfin bref, j’ai fait comme mére : je me suis enfuie. J’ai quitté la Londres oppressante et rejoint la campagne plus calme. J’ai changé de nom : Méryann Pulsebour n’existait plus, Elizabeth Murlock, vous voilà !
Le luxe ne m’a pas tant manqué….du moins dans les premiers mois. Je me suis fait rapidement des amis dans la paisible campagne de Sunderland, au nord-est de l’Angleterre. Le travail ne me faisait pas peur et j’aidais ainsi toutes les fermes environnantes et les pécheurs du petit port semblait m’adorer. Bref, je vivais assez bien. Et surtout j’était libre. Jusqu’à ce qu’IL vienne.
Marsden. Jonathan Marsden. Il se dirigeait vers Londres à bord de son fiacre de luxe ( mon éducation me permet de les reconnaître). Il s’était arrêté quelques instants car un des deux chevaux s‘était empêtré les pattes dans un tas de branches rebelles. Je passais par là, même s’il faisait déjà nuit, pour apporter les pommes que le Pére Charles désirait lorsque je les ai croisé. J’ai aidé les serviteurs à calmer le pauvre animal qui commençait à paniquer lorsque j’ai croisé son regard. Il m’avait discrètement observé par le rideau de sa fenêtre. Il est sortit et…..je l’ai aimé tout de suite. Il était si beau, si grand, si pâle, si doux……si vampire.
Déjà amoureuse au premier regard, je l’ai convaincu, non sans peine, à rester un peu à l’auberge oû je dormais. Mais nous n’avons pas dormi.
À peine avoir remarquée ses longues canines qu’elles me transpersérent le cou. J’étais à mon tour une vampire.
Jamais je n’avais été aussi vivante. Et morte en même temps.
Jonathan ne m’avait pas déçu : il m’a emmené partout, vivant dans le luxe, la non-sobriété et une passion incroyable. Ma mére devait m’envier.
John était un homme incroyable. Mais il avait un défaut : la jalousie. Etant devenue encore plus séduisante grâce à ma transformation, je charmais beaucoup d’hommes…et de femmes, humains ou vampires. Il ne le supportait pas vraiment mais semblait faire un effort pour moi. Je ne le faisait pas exprés. La séduction fait simplement partie de moi.
Après 73 ans de vie commune, il a décidé qu’il n’en pouvait plus. Je ne lui en veux pas. Mais cela m’a anéantie.
Je me suis réfugié à Paris alors que la France entamait sa troisième république. De là, je me suis engagé sous l’ordre des « Infirmiéres du Seigneurs », dans un hôpital célébre. J’aimais ce métier, surtout par l’accés facile de sang humains et par les malades facilement charmés. Comme d’habitude, j’étais l’une des plus actives et des plus aimées. Il ne l’ont jamais su mais le dernier visage que les 12 collèges retrouvées vidés de leurs sang avaient vus en dernier, c’était le mien. Retrouvées toutes dans la cave. Une chose à dire : succulentes.
Au bout de quelques années, cela m’a ennuyé. J’étais seule, désespérément seule et je recherchais quelque chose pour me distraire lorsque j’ai entendu parler de Mad Asylum. Un certain Sammuel Ruthven avait hérité de l’établissement. J’avais quelque peu entendu parler de lui et je n’ai pas hésité une seconde.
Me voilà donc dans ce parfait établissement, soignant les patients du mieux que mes canines le peuvent…..


Clé de Validation : [V.A.L.I.D.E !]
Revenir en haut Aller en bas
Sammael Ruthven
Démon † Directeur Psychipathe
Démon † Directeur Psychipathe
avatar

Masculin •Lettres : 452
•Vit depuis le : 09/06/1862
•Fou depuis le : 25/06/2009
•Age : 155
•Origine : D'un sombre cauchemar ?
•Rôle : Directeur enjôleur
•Tempérament : Orgueilleux
•Lien vers la fiche : Autopsie d'un Menteur

Carte d'Identité
• Sexualité: Ça n'a pas tellement d'importance~
• Relations:
• Rumeurs:

MessageSujet: Re: Elizabeth Murlock   Mer 5 Aoû 2009 - 18:18

Les lignes du physique sont tout juste respectées, mais l'histoire compense largement ! Les détails très bien choisis et le contexte respecté !
Il y a juste quelque chose qui me gêne, cela ne concerne pas la fiche, mais l’avatar ; la taille minimum est de 120x300, or, le tien ne fait que 122x200.

Vu que je connais cette image, je peux régler ce problème si tu veux !

Edit ; Nickel !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nana-70.livejournal.com/
 

Elizabeth Murlock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mad Asylum :: La Source du Savoir :: Archives du RPG :: Les Oubliettes :: Les anciennes Fiches-