Mad Asylum
Ce forum est officiellement décédé...

Enfin, pas vraiment : vrai phénix, il s'est dépêtré de ses cendres et a fini par renaître quelque part, faisant peau neuve, URL neuve.

Mad Asylum


 
AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Jeu 6 Aoû 2009 - 19:58


L'ennui est une chose bien singulière.

Pour ce qui me semblait être la millième fois de la journée, je soupirai inutilement et mes yeux se posèrent sur l'horloge, mes oreilles étant déjà habituées au tic-tac incessant. Je me lovai plus confortablement dans mon fauteuil abordant une posture pas très digne d'une Lady, comme l'aurait fait remarquer ma très chère mère. Distraitement, je lissai les pans de robe, noire comme à mon habitude, et je dérangeai mes boucles brunes sans vraiment y penser.

L'éternité était une drôle de chose quand on y pensait vraiment, quand on était confronté à elle chaque jour. Car que faire de chaque minute quand on savait bien que toutes nos minutes avaient en fait toute la même valeur, puisque elles menaient toutes au même lendemain, au même et éternel toujours.

On disait que l'être humain était un éternel insatisfait, eh bien l'immortel aussi.

Tout voir, tout entendre, tout sentir, tout manger, tout connaître, était lassant. Il était impossible de trouver une satisfaction dans la connaissance. D'autres esprits bien plus brillant que le notre naissaient chaque jour, et inventaient de nouvelles choses, la connaissance n'était donc qu'un leurre, un attrape nigaud, un fleuve qui ne se tarissait jamais. Et qui pouvait vraiment boire éternellement ?

Je m'étirai comme un chat et mon esprit continua de philosopher. Je pensai soudain à Faust. L'opéra que j'avais vu des années auparavant, me revint en mémoire. Faust lui n'avait-il pas tout su, tout connu ? Si, mais cela ne lui avait apporté aucune satisfaction, aucun plaisir. Il avait même vendu son âme au Diable, pour pouvoir jouer à recommencer. Je ris aux éclats.

J'étais un peu comme Faust. L'immortalité était une seconde vie, je jouais à recommencer. Sauf que moi je recommençais pour de bon, une fois pour toutes. Faust aussi avait connu l'amour, en la personne de Marguerite. Mais le Diable l'avait aussi tentée ... En fait, le Diable ne souhaitait pas que Faust réussisse, il avait pris son âme, mais il désirait bien plus que ça ... Je souris encore : on ne jouait pas impunément avec le Diable, Faust en personne s'était brûlé les ailes, et il avait fini par perdre Marguerite. Là encore je lui ressemblais, car on m'avait séparée de l'être que je désirais.

Je soupirai encore. J'étais encore en train de baisser ma garde et de laisser certaines pensées m'envahirent. Mais je n'avais pas besoin d'être faible en permanence. Je laissai mon regard parcourir la pièce à la recherche de quelque chose pour me distraire. Mes yeux se posèrent presque automatiquement sur le piano.

Une demi-seconde plus tard, je m'installai, et mes doigts caressèrent le précieux instrument. Que jouer ? Je réfléchis un instant, puis mes doigts se mirent à virevolter sur les touches, jouant un air du fameux opéra de Faust. Celui que chantait sa précieuse Marguerite, lorsqu'elle vit les bijoux que le diable avait placé dans sa chambre pour la tenter.

«  Ah ! je ris de me voir si belle en ce miroir !
Est-ce toi, Marguerite ?
Réponds-moi, réponds vite !
Non ! non ! – ce n'est plus toi !
Non ! non ! – ce n'est plus ton visage !
C'est la fille d'un roi,qu'on salue au passage ! –
Ah, s'il était ici !... S'il me voyait ainsi !
Comme une demoiselle,Il me trouverait belle.
...  »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Sam 15 Aoû 2009 - 9:56

L'asile était, malgré les créatures étranges qui s'y trouvaient, toujours toucher par la mort des patients, même encore plus que la normale? Mais cela occuper toujours un peu les journées du pauvre croquemort. Donc enterrer un petit cadavre c'était plutôt bien, une victime d'un suceur de sang, que son corps était pâle à présent que plus une goûte de sang ne circulait dans ses veines. Ce corps était aussi blanc qu'une petit poupée de porcelaine, une pauvre poupée que le croquemort avait enfermé dans une grande boite de bois, avant de la posé dans un trou, avec pleins d'autres tombes autour. Lui, la poupée de porcelaine, allait maintenant pouvoir reposer en paix, accompagné d'insecte qui allait l'aimer que lui, tellement l'aimer qu'ils finiront à faire plus que un avec la poupée.

Après avoir retourner la terre fraiche, sur le cercueil de bois, alors que aucune autre espèce était présente dans les environs pour ces funérailles. Il laissa retomber sa pelle contre un arbre, retournant ensuite vers l'asile. Il avait fini le travail pour aujourd'hui, à moins qu'un autre corps se présente devant lui sans âme? Mais parfois les êtres sans âme tiennent toujours debout...

Le croquemort se baladait dans les couloirs de l'asile, lui, le grand être moitié blanc et moitié noir, sautillant lentement et silencieusement comme le ferait une jeune enfant, en chantonnant une chansonnette, qui raisonner dans le couloirs.

-1.2.3 Petite fille vous voit!

Il continuait de se déplacer alors qu'une mélodie venait de l'attirait pendant qu'il était dans le couloirs du premier étage, il s'avança donc doucement, toujours en sautillant, sa chanson raisonnant encore dans les couloirs, ainsi que les talons de ses chaussures qu'il tapait de plus en plus fort contre le sol en se rapprochant vers la mélodie.

-4.5.6 Son couteau, elle aiguise!

Il arrivait ensuite devant la porte de la salle de détente, son sourire de Chershire, qui pouvait être cette voix chantante avec cette mélodie de piano en font? Certainement une femme de déjà, et certainement pas une humaine, la chaleur d'une âme ne se faisait pas ressentir derrière cette porte c'était froid, même glacial...

-7.8.9 Elle vous le plante dans le cœur!

Amusez et curieux, le dieu de la mort entre ouvrir doucement la porte, restant dans l'ombre de la porte seul ses yeux, qui pourtant caché derrière ses cheveux, semblaient être lumineux dans cette ombre, si obscure.

-10.11.12 Elle va être toute rouge!

Son rire sifflant résonnait à présent dans la salle après que le silence ait prit place. Il ne s'était pas tromper il s'agissait bien d'une femme, et en voyant cette ravissante créature, il ne serait pas surpris si c'était une suceuse de sang chaud et si délectable pour ce genre d'être. Il sortit alors lentement de l'ombre en rigolant encore en regardant la dame installer devant le piano.

-Très jolie mélodie...

[désolé si c'est pas super >__<']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Lun 28 Sep 2009 - 20:41

- Très jolie mélodie.

Je ne sursautai pas. J'avais ressenti sa présence avant même d'entendre sa voix. Une chose était certaine : la personne qui se trouvait derrière moi était tout sauf humaine. Pas de battements de cœur, pas d'afflux sanguin. Il semblait vide au sens propre du terme, creux si je puis dire. Et qui plus est, il osait s'adresser directement à moi. Il n'avait pas peur.

J'inspirai souvent la crainte aux humains,ils ne savaient pas pourquoi, mais leur sixième sens leur dictait souvent de fuir devant moi. Ils osaient appeler ça de l'instinct, c'était juste de la lâcheté. Un sourire déforma mes lèvres.

Je n'avais pas cesser de jouer, et ne me retournant pas, je m'adressai à mon curieux visiteur.

- Mais désirez vous que je vous joue quelque chose ? Quelque chose de plus doux peut-être ?

Mes doigts dictèrent une autre mélodie au piano. Beaucoup plus lente, beaucoup plus triste. Je sifflai tristement avec l'instrument, me remémorant lentement les paroles. Si ma mémoire était exacte, cette chanson parlait de Londres sous la pluie. Aahhhhhhh Ma très chère et bien aimée Londres ... Ma langue roulait sur mes lèvres. Londres et sa pluie tonitruante, vivifiante. Je pouvais sentir l'odeur du pavé mouillé, et celle plus loin de la peinture fraîche. Pourquoi choisissaient-ils toujours ces jours là pour repeindre ces maudites portes ? Mon sourire s'agrandit.

- Ou alors quelque chose de plus enjoué ?

La mélodie changea une fois encore, les notes semblaient voltiger tandis que naissait le début d'une comptine pour enfant. Edward adorait cette chanson. Je soupirai doucement. Je ne chantais pas, mon cœur beaucoup trop absent, beaucoup trop serré, je me contentai de fredonner doucement les paroles. Les déclamant comme les plus beaux vers du monde composés à partir du plus délectable des poisons.

Mais mon visiteur n'avait toujours pas manifesté son intérêt pour une quelconque mélodie,alors que je sentais toujours ses yeux fixés sur ma nuque. Ma musique ne l'intéressait peut être pas ? Dans ce cas pourquoi venir me déranger dans un endroit qui, pourvu d'un piano, constituait un véritable refuge ? Déranger mon ennui. Mon impalpable, mon doux et délicieux ennui. Je souriais déjà. Soudainement j'arrêtai de jouer; appuyant violemment sur les touches graves. Violemment pour le piano, mais très légèrement pour moi. Je pivotai alors sur moi même.

Je hoquetai de surprise lorsque mes yeux se posèrent sur des cicatrices : elles étaient nombreuses et visibles. Peut-être avaient-elles une histoire ? Cependant, je levai mon regard voulait rencontrer les yeux de cet être imposant, imposant à la fois de noirceur et de blancheur, vilain et saint, parfait équilibre, et je rencontrai une frange. Je grimaçai, j'aurais voulu rencontrer des yeux, pour pouvoir percer à jour la créature. Ils étaient beaucoup plus facile de lire la vérité dans les orbes de quelqu'un, plutôt que de l'écouter, de le regarder simplement : les yeux eux ne mentaient pas.

Soudainement, la vérité s'imposa à moi et un grognement indistinct franchis mes lèvres. Voilà pourquoi je ne ressentais que du vide : il n'avait rien d'humain, ce n'était même pas un démon. C'était même pire que cela. Il était le voleur d'âme par excellence, le Faucheur. Dans toute sa splendeur. Le vampire que j'étais faisais pâle figure à côté de lui, faible amateur. Lui il prenait les humains, il me les volait vraiment. C'était plus fort que moi : il s'agissait d'une véritable violation de territoire. Instinctivement, je lui montrai mes crocs. Un de nous deux était de trop à l'asile.

Lequel ?

Eh bien … On laisserait l'Ennui tirer au sort.


[Voila j'ai décrété que les vampire n'aimaient pas les dieux de la mort ... enfin, moi en tout cas ... NYA !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Dim 18 Oct 2009 - 14:16

Il continuait d'observer la créature qui ne se retourner pas, lui proposant d'autres mélodies qu'elle semblait bien connaitre. Jolies certes, mais sans réelle intérêt pour le Shinigami qu'il était. Le fait de voir la vampire, parce que oui il était toujours certain que c'est ce qu'elle était, qui ne se retourner pas, l'amuser un peu, sachant très bien que quand elle allait voir qui il était, il n'aurait plus le droit à gentille petite voix féminine qui raisonnait dans la pièce, c'est également pour cela, que Casper ne préféra pas avancer plus que la distance qu'il avait déjà, il n'avait aucun risque de mourir, et surtout pas de la main d'un vampire, loin de là, mais c'était pas pour autant qu'il avait envie de se battre, et de mettre la zizanie dans l'asile.

-mhh... vous n'avez pas quelque chose de plus... morbide?...

Il rigola doucement à la fin de sa phrase, ses ongles de sa main droite venant tapoter et torturer doucement ses lèvres grisâtre, continuant de regarder la vampire, qui se décida après un moment, de se retourner enfin après avoir fait hurler les touches sonore du piano, qui semblait d'un coup, extrêmement mécontent, mais cela n'apporter aucune réaction, ni même mouvement, de la part du croquemort. Il voyait le regard du vampire surpris passaient son physique comme si c'était une inspection policière. Ce ne fut que quand un grognement, pas inconnu au Shinigami, retentit dans la salle, que Casper savait qu'elle avait compris qui il était.

-... voyons Lady... Ce genre de bruit ne sont que pour les bêtes sauvages normalement...


Oui, ça l'amuser de la voir réagir ainsi, tant qu'elle ne faisait que grogner, ça lui convenait, il ne tenait vraiment pas à se battre, après tout, il n'avait aucune raison pour ça, il était ici avec un certain but bien précis, avec en échange juste, les rares âmes qu'il pourrait apprécier. Enfin, ce n'était pas rare que les autres créatures de l'asile, réagissent de la même manière, c'était devenue une question d'habitude.

- Vous ne voulez tout de même pas que l'on apprenne qu'une lady c'est attaqué à un pauvre croquemort sans mauvaises pensées?...

Son rictus s'agrandit doucement, alors que sans crainte maintenant, il s'avançait en direction du piano, se mettant assis dessus, semblant aussi léger qu'une plume, étant donné que l'instrument ne montra même pas un signe de mouvement. Le dieu de la mort continuait de regarder le vampire, rigolant doucement, comme si il se moquait d'elle, mais en faite, c'était juste naturel chez lui, ce qui le connaissait le savait très bien ça. Ses jambes fines se croissait sans difficulté, alors que ses deux mains était posé sur le piano, près à faire une pousser pour s'éloigner, au cas où si la lady avait eu une mauvaise idée dans son esprit qui était égale, d'après Casper, à celui d'un mort vivant.

-Et puis le directeur pourrait mal le prendre que des employés se battent... commençons bien donc Lady... Je me présente je suis Casper Ghostwood... Croquemort de l'asile...

[désolé du retard u_u... et de ce post minable]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Ven 30 Oct 2009 - 14:20


-... voyons Lady... Ce genre de bruit ne sont que pour les bêtes sauvages normalement...

J'eus un sourire lorsqu'il s'adressa à moi, mais je gardais tout de même une attitude défensive. Il se voilait la face et venait de déclamer encore une de ses illusions que tant de démons prenaient pour vraies. Nous étions des bêtes sauvages, et même les plus sauvages parmi elles. Nous nous nourrissions d'humains, certains prenaient le sang, d'autres les chairs, et d'autres, comme lui, prenaient les âmes. Alors, pourquoi cachez la vérité ? Pourquoi niez ? Nous n'étions pas des hommes certes, mais qu'est-ce qui, à part notre vile réflexion, nous différenciait de nos proies, de notre nourriture ? Nos belles manières, nos vêtements ?

Foutaises ... Il y avait une bête qui sommeillait en moi, et c'était elle, et elle seule, qui réclamait toujours du sang, qui savait quoi faire, comment se comporter pour en avoir. Elle qui me dictait mes actes, elle qui me disait de toujours m'habiller avec mes plus beau vêtement, elle qui me disait de me parfumer, car elle savait que je leur serais à tous délectable, et qu'il serait alors très facile pour elle de se nourrir. Et à l'heure actuelle, elle se délectait d'avance à la douce idée de faire du mal à la personne qui se trouvait en face de moi.

- Vous ne voulez tout de même pas que l'on apprenne qu'une Lady s'est attaquée à un pauvre croquemort sans mauvaises pensées?... 

Il n'avait rien d'un pauvre croquemort, loin de là. Quelque chose, son aura sans doute ?, semblait constamment me brûler et incessamment me rappeler qu'il était dangereux. Qu'être seul dans cette pièce avec lui était dangereux, que le laisser avancer négligemment vers moi était dangereux. Mon regard le suivait sans cesse, à l'affut de la moindre attaque, que la bête se ferait un plaisir de contrer. Cependant,-je le regardais distraitement s'asseoir sur le piano, je devais reconnaître qu'il avait l'attitude et la classe d'un parfait gentlemen, certes il n'était pas aussi charmant que Sammael, mais peut être que le mordre serait aussi jouissif ?

La bête grogna une nouvelle fois et je ne fis rien pour retenir ce grognement, semblant encore plus divertir le croquemort. Il me trouvait amusante parfaite, grand bien lui fasse. Mais moi, je ne pouvais pas aller contre mes instincts les plus viles, à savoir : tuer mes ennemis, et si possible, dans les pires souffrances.

-Et puis le directeur pourrait mal le prendre que des employés se battent... commençons bien donc Lady... Je me présente je suis Casper Ghostwood... Croquemort de l'asile... 

Je songeais une seconde à Sammael. Oh ... Est-ce que le directeur se fâcherait vraiment si nous faisions un peu de grabuge ? Très certainement. J'eus un sourire en imaginant la tête du directeur et reportait mon attention sur Casper : tant pis pour Sammael ... Je me levai alors, faisant face au piano et à Casper. Je lui tirais une brève révérence avant de lui tendre la main.

- Blair Amarande, Infirmière de l'asile, et, comme vous avez pu le constater, pas très ravie de vous rencontrer.

Il eut un rire cristallin à l'entente de ma remarque et je ne pus m'empêcher de trembler légèrement. Décidément, tout chez Casper provoquait de désagréable sensation chez moi. C'était la première fois que quelqu'un m'irritait autant et j'expérimentais toutes ces nouvelles sensations : l'irritation et l'agacement, sans vraiment trop savoir comment les gérer. Lui, au contraire, semblait tout à fait à l'aise et amusé par mon petit discours : pour preuve, toujours assis sur le piano, il saisit ma main et la baisa doucement, comme un vrai gentlemen.

Je m'écartai aussitôt de son emprise. Il ria face à ma réaction, et je me contentai de lui tourner le dos, les bras croisées sur ma poitrine.

- Vous devez très certainement vous demandez pourquoi est-ce je vous suis si hostile ? C'est très simple : je suis un vampire, vous êtes un croquemort. En d'autres termes : vous empiétez sur mon territoire.

Et là, sans crier gare, aussi silencieusement que possible, je fis brusquement volte face et me jetai sur lui avec la ferme intention de lui arracher la gorge.


[NYA ! ... Et interdiction de me couper la tête.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Lun 16 Nov 2009 - 7:40

[*lui coupe la tête avant même d'avoir écrit* :D ça serait marrant que genre Casper s'écarte d'un mètre et que Blair se vautre royalement parterre xD]

Pas très ravie de le rencontrer, ça, il ne fallait pas être devin pour s'en rendre compte! Et bien que Casper aimait rigoler, il était loin d'être le premier idiot du village. Il observait la suceuse de sang chaud, d'un rictus amusé face à ce chat sauvage, craintif, mais qui était sur le point de l'attaquer. Est ce qu'elle avait vraiment l'intention de s'en prendre à lui? Il lui aurait bien soufflé alors qu'elle n'était qu'une petite idiote, qui sait sur terre comment tué un dieu de la mort? Casper ne vit pas, donc est ce que quelqu'un qui n'a jamais vécu, peut mourir? Il n'a pas d'âme, il n'a pas de souffle, il est comme une coquille qui n'a jamais été rempli de "vie". À quoi bon devoir se lancer dans un combat qui prendrait une éternité avant de se finir? Devoir brûler entièrement une Lady dans un coin du cimetière n'était pas dans son programme de la journée!

Il était donc d'un sens naturel pour Casper, de ne même pas réagir quand Miss Amarande se jeta sur lui. Qu'est ce que ça pouvait lui apporter de se débattre? Il savait très bien que demain encore il enterrerait un autre patient! Et puis, ses cicatrices n'étaient pas là pour faire jolies... Blair n'était pas la première qui a essayer de s'en prendre à lui, de le détruire, piqué une vie qui n'existe pas en lui. Et de se faire malmener comme cela le faisait sourire! Non il n'était pas maso, c'est juste que la naïveté de cette "pauvre enfant", le faisait vraiment rire. Bête sauvage dans une ravissante poupée! Qu'elle arrache sa peau, ou un bras, ou la tête, peut importe! La mort c'est lui qui la donne, et non l'inverse!

-... héhé... votre territoire?...

Repensait à ce qu'elle avait dit maintenant qu'elle pouvait le déchiqueté le faisait vraiment rire. Son territoire? Il venait à se demander si ce mots était vraiment approprier à cet endroit, même lui n'aurait pas dit ça, sauf pour le cimetière, mais il appelle plutôt ça son "chez lui", il y a longtemps vécu après tout! Un autre rire sortie du fond de sa gorge, si celle ci n'avait été toute déchiqueté avant.

-Lady, lady, lady... à dire de telle chose, vous risquez vraiment de perdre votre tête...

Et sans crier gare, la lame d'une faux se plaça contre le cou crémeux de la "bête en furie!", la coupant d'une facilité maladive! Casper se remettant facilement des tortures de Miss Amarande, ramassa la tête amusé, cette tête toujours animé, la tenant délicatement, comme si après l'avoir coupé d'un sourire de psychopathe, il ne voudrait pas la blesser... S'éloignant du corps avant que celui ci se relève pour récupérer son dût.

-... voilà donc une énigme... un vampire sans tête est-il plus dangereux qu'un vampire sans corps?...

Est ce qu'elle était en colère? Avait-elle encore plus envie de le détruire? Observer cette tête décapitait ne pouvait l'empêcher de sourire! Qu'est ce qu'un sihinigami pouvait faire d'une tête de vampire? Il pouvait peut être joué à la poupée? Coiffer sa petite tête, et la laisser dans un coin jusqu'à ce que son corps la retrouve? Cela pouvait prendre certainement 1h comme 1 siècle! Le temps avait-il vraiment un sens dans leur manière de vivre?

-mh... je comprend votre colère Lady Amarande... mais sachez que ici... vous n'êtes point seule... Il y a des êtres plus fort, comme plus faible, et des races détestables comme vous et moi!...

Ou même Sammael, mais ceci est une autre chose! Le croquemort gardait fermement la tête entre ses mains, et refuserait de rendre l'amusante tête à son corps d'origine avant de s'être bien amusé, il n'y avait pas de patient dans le coin, allons bon! Et puis même si il y en avait, ça n'aurait fait que augmenter leur folie! Il observait la charmante petite tête de son grand sourire habituelle. Est ce que Sammael se fâcherait de savoir qu'il avait "malencontreusement" décapité une de ses employées? Aller savoir... mais ça devait bien être moins important que si il avait volé une âme qu'il gardait depuis longtemps de côté!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Lun 7 Déc 2009 - 21:36

J'avais bondi sur lui avec la ferme intention de tuer, avec la ferme intention de le lacérer : avec une volonté meurtrière et implacable, celle de détruire. Je m'attendais à un quelconque mouvement de sa part, m'apprêtant évidemment à parer toute éventuelle contre attaque, mais il n'en fit rien et mon monstre grogna de frustration, s'affairant déjà à lacérer, mordre, et déchirer tout ce qui était à porter de mains, tout ce qui était à porter de crocs.

C'était assez frustrant. Je m'étais attendue à un peu plus de résistance. J'aurais aimé pouvoir livrer un véritable combat. Peut-être se considérait-il si supérieur qu'il ne voyait aucun intérêt à se battre. Mais où était le monstre en lui ? On en avait tout un, qui ne désirait qu'une seule et même chose : la mort. Et le sien, devait même désirer La Mort par Excellence. Je continuais de lui faire mal, espérant une réaction, moi, en tout cas, il m'exaspérait littéralement, lorsqu'il ricana.

- ... héhé... votre territoire?..

Le mépris et le dédain était audible dans sa voix et je grognai. Oui, mon territoire. C'était juste une question de respect et de force. Pas question qu'il se moque, pensais-je enfin, en plantant mes crocs dans sa chair, une nouvelle fois.

-Lady, lady, lady... à dire de telle chose, vous risquez vraiment de perdre votre tête...

Beaucoup trop occupée à détruire, je ne vis pas la lame, ni n'entendis de bruit, en revanche je sentis un puissant élancement au niveau de mon cou. Et avant que j'ai pu crier quoi que ce soit, je vis lentement mon corps chuter. Sauf que ma tête elle, ne tombait pas. Qu'avait-il fait? J'écarquillais les yeux d'horreur tandis que ma bouche restait ouverte, le cri que je voulais pousser ne voulant pas venir. Pourquoi ? Parce qu'il n'y avait sûrement pas de son assez haut et assez puissant pour décrire l'état dans lequel je me trouvais, qu'on pouvait assimiler à de la pure et totale rare : il m'avait tout de même coupé la tête. Et ma tête reposait à présent dans ses mains. Et mon corps reposait, inerte sur le sol.

Et moi qui m'ennuyais ...

Casper débita quelques paroles insensées parlant de Sammael, je restais muette toujours sous le choc. En près de deux cent ans d'existence, enfin, certainement plus mais il était toujours fâcheux pour une Lady de parler de son corps, je n'avais jamais, ô grand jamais, connu un tel affront. Si j'avais pu rougir, j'aurais très certainement pris la couleur d'une tomate en ce moment même.

- Reposez moi sur mon corps, murmurai-je ne faisant plus confiance à ma propre voix

Il me répondit par un rire et je lui lançai un regard, outrée. Lorsque j'y pensais, mes yeux ne devaient certainement plus être vert olive mais d'un affreux noir encre. Mais à qui la faute.

-Je vous ordonne, repris-je d'une voix tremblante, non j'exige ! Que vous me reposiez sur mon corps ou sinon.

Casper me rit encore au nez. Très bien. Il le prenait ainsi. Il m'avait peut-être privé de mon corps, mais il ne m'avait pas encore priver de mon atout le plus précieux, et, non, ce n'était pas mes crocs. Je lançai un grand sourire au Shinigami qui ricanait encore.

- Vous l'aurez voulu.

Je m'éclaircis bruyamment la gorge. Avant de me mettre à hurler. Véritablement, littéralement. Je poussai un cri perçant à en déchirer les tympans de n'importe quel humain et à irriter n'importe quel créature.
Oui, car il m'avait privé de mon corps, mais pas de mes cordes vocales.


[Je pousse des cris encore plus chiant que ceux des banshees ... Et OUI c'est possible !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   Jeu 24 Déc 2009 - 14:02

[désolé du temps que j'ai mit]

Casper continuait de rire de ce qu'il venait de faire. Qu'il était drôle de voir ces exploits de la nature, ça lui faisait un peu penser aux lézards à qui on couper la queue, et qu'elle continuait de bouger malgré tout. Il n'écoutait pas de tout ce que la lady disait, il rigolait en pensant à ce qu'il allait faire maintenant de cette tête qui avait "osé" essayer de le rabaisser et de l'attaquer... même si on ne le voyait pas, ça lui rester en travers de la gorge... lui qui se mets déjà plus bas que ce qu'il est à l'origine... être attaqué par un vampire, qui se laisse emporter, il ne faut pas penser que le croquemort allait se laisser faire...

Mais il ne trouvait toujours pas, ce qu'il allait en faire, il tourna en rond, continuant de chercher, ses oreilles étant sourdes aux paroles du vampire. Il pouvait autant l'enterrer? Non trop classique... Jetait la tête dans un cours d'eau? ... Non plus...

Il continuait de réfléchir, et lança un faible coup d'œil au corps qui commençait à bouger, et qui ne tarderait certainement pas à se relever, pour chercher aveuglement sa partie perdu. Mais alors qu'une idée lui venait à l'esprit, la tête se mit à crier, d'un crie qui aurait rendu sourd n'importe quel humain, mais... Casper n'étant pas humain, et très habitué au cris des banshee même, qu'il trouvait à force agréable, il garda son sourire forcé, commençant à posé sa tunique.

-Lady... arrêtait de crier ainsi, on croirait que je suis en train de tué quelqu'un!... mais vous êtes déjà morte, cela ne sert plus à rien!...

Le croquemort rigola de nouveau, et mit la tête dans sa tunique, qu'il mit en boule comme un baluchon, la tenant ensuite d'une main, espérant que le crie ne perturberait pas les pauvres oreilles sensibles des patients. Il allait donc amener cette petite dévergondé, à Sammael... ça faisait longtemps qu'il ne lui avait pas faire de petit cadeau! (<3)

[Suite >> le bureau du dirlo']
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les singes ne s'ennuient pas, ce ne sont pas des hommes.[Casper Ghostwood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mad Asylum :: La Source du Savoir :: Archives du RPG :: Les Oubliettes :: Les RP terminés ou abandonnés-